Cher visiteur, ceci est un article traduit par machine. Il est parfaitement logique dans sa langue originale (tchèque), et est entièrement soutenue par la littérature scientifique indépendante. La traduction, cependant, est loin d'être parfait et prend de la patience et de l'imagination, si vous décidez de le lire.

Drobečková navigace

Le médicament Paracelse en tant que concept pharmacologique

Le concept pharmacologique actuel de la drogue dans la pratique de la drogue occidentale (Euro-américaine) a longtemps été Paracelsus. Bien que les adaptogènes et les plantes médicinales soient de nouveau reconnus, il convient de préciser que l'évaluation des médicaments et toute la législation pharmaceutique sont toujours implicitement régies par l'opinion de Paracelsus.

Paracelsus et ses innovations pharmaceutiques

Paracelse
Paracelse
(par son nom propre Philippus Aureolus Theophrastus Bombastus von Hohenheim)

Au 16ème siècle, Paracelsus était un grand pionnier dans l'utilisation des minéraux et des substances inorganiques dans la pharmacothérapie européenne, qui était basée principalement sur des herbes. Il a obtenu le succès avec le traitement de la syphilis avec des sels de mercure administrés à petites doses, il a été interdit de publication après avoir décrit à juste titre le bois de guajak utilisé à ce jour pour être inapproprié contre la syphilis. Les histoires vraies que Paracelsus a traitées avec la sorcellerie, l'alchimie, l'hermétisme, l'exploration des soi-disant signatures minérales, les amulettes et le refus de traiter les corps astral comme diffamation. D'un autre côté, je vois dans sa tentative de généraliser la science médicale, ce qui était mieux qu'au 20e siècle dans la théorie unifiée de la médecine à laquelle succède le concept d'adaptogène. En ce sens, Paracelse et les scientifiques modernes s'occupant d'adaptogènes ont essayé de faire de même. L'empoisonnement chronique par l'arsenic et les composés du mercure a finalement laissé Paracelse lui-même seul . Après sa mort, la gloire des médicaments Paracelse a continué à croître, principalement dans le traitement de la syphilis et généralement dans les substances antibactériennes, culminant avec la découverte du salvarsan, des composés antibiotiques du bismuth, de la pénicilline, des sulfamides, de la tétracycline et des antibiotiques modernes ( Aminov2010bha ).

Dans la poignée de son épée, Paracelse portait son remède secret - laudanum - qu'il n'avait sauvé que pour les plus difficiles et les plus fatals. C'était un analgésique opioïde sous la forme de petites pilules . Les opioïdes comprenaient également un célèbre serveur vénitien et des soins palliatifs pour ceux qui sont encore malades.

Selon le Paracels maxima « sola dosis facit venenum », chaque substance active est du poison ou de la drogue en fonction de la dose. Cette maxime est illustrée par le fait que même l'eau ou le glucose peuvent être empoisonnés en quantité suffisante. La thérapie paracellulaire utilise également un traitement avec des substances toxiques, dont la puissance est exprimée par l' index thérapeutique - un surdosage d'une dose efficace (ED 50 ) à une dose toxique (DL 50 ) (voir wikipedia ). La dose efficace de ED 50 est celle dans laquelle 50% des patients sont traités ou, selon le type de maladie, 50% de l'état du patient est ajusté. La dose toxique DL50 est celle à laquelle 50% des animaux de laboratoire sont dégradés (convertis en kilogramme de poids vif). Selon le point de vue de Paracelsov, chaque médicament est lié à une indication spécifique - l'effet principal de laquelle ED 50 entre dans l'index thérapeutique. D'autres effets sont appelés effets secondaires. La vue Paracelsus des médicaments est la suivante:

Paradigme de Paracelsus de la drogue

  1. Chaque médicament a une indication spécifique (effet principal) et a une dose efficace (ED 50 ).
  2. Chaque médicament est un poison et chaque médicament a une dose létale (DL 50 ). Le rapport LD 50 / ED 50 exprime la qualité du médicament.
  3. Les effets au-delà de l'effet principal sont appelés effets secondaires.

Quand je dis que la législation d'aujourd'hui suit le point de vue susmentionné, je n'en fais pas trop. Il ne fait pas de distinction entre les poisons et les drogues. Il ne distingue que les substances fortes et faiblement actives. Par exemple, le décret du Ministère de la santé de la République tchèque n ° 343/2003 Coll. sépare les plantes médicinales en «très fort», «très puissant» et «d'autres utilisé», et les plantes mortelles venimeuses (épicéa, hellébore, baïonnette, lauriers roses, mandragores, très efficace ". Les adaptogènes sont généralement classés comme «autres utilisés», c'est-à-dire implicitement inefficaces. La non-distinction entre les drogues et les poisons signifie également que les lois pharmaceutiques héritées du 20ème siècle ne parlent pas de toxicité médicamenteuse mais de soi-disant «effets secondaires».

Le point de vue de Paracelsus sur les adaptogènes ne peut être équilibré

L'opinion législative de Paracelsus sur les adaptogènes n'a pas d'importance. Ils les considèrent comme de la nourriture ("compléments alimentaires"), placebo ("herbes"), ou comme une panacée. Les bons adaptogènes n'ont pas de DL50 et leur indice thérapeutique ne peut donc pas être quantifié. Les adaptogènes n'ont pas non plus d'effet majeur. Une dose efficace d'adaptogène (ED 50 ) dans des indications spécifiques peut être mesurée, mais cela ne reflète pas la qualité globale de l'adaptogène. Ce problème n'a été résolu que par la définition qui introduit l'adaptogène comme un médicament séparé idéal pour lequel un vrai pharmacien peut être plus ou moins proche.

Je ne vois pas Paracelsa ou les législateurs d'aujourd'hui ignorer le fait qu'il existe même des médicaments efficaces inoffensifs. Paracelsus était un pionnier digne de respect. Ce n'est pas que sa théorie ait amené le législateur aujourd'hui à être en danger. Le paradigme de Paracelsus a choisi la législation parce qu'elle correspond le mieux à ses intérêts. La législation sur les drogues a été largement introduite en réponse à des scandales de poison tels que les pilules de cocaïne et d'opium des années 1920, les préparations radioactives à usage interne des années 1930 et les scandales de thalidomide des années 1950. L'institutionnalisation des médicaments, y compris des plantes médicinales inoffensives, n'est qu'une des nombreuses facettes de l'institutionnalisation progressive de tous les aspects de la vie humaine et de l'accumulation progressive de lois et de décrets qui se sont avérés démontrables au XXe siècle sans aboutir à un monde plus juste. (Voir aussi Comparaison des médicaments adaptogènes et paracelsus .)

| 12.10.2017